vendredi 30 décembre 2011

La carte des Préfectures de Robert Louis

 De mes archives personnelles, j'ai extrait pour vous ce petit "trésor" dont je ne me séparerais pour rien au monde. Il s'agit d'un document héraldique de dimension 21 x 27,5 cm de type plaquette composée de quatre pages cartonnées pliées en deux.

 Sur la 1ère page , est dessinée une silhouette de la France de couleur noire sur un fond or et avec des rayons partant du centre vers les bords. Les départements (sauf la Corse qui n'est pas représentée) dont on aperçoit les contours en blanc sont chargés des 89 blasons représentant les préfectures de l'époque + le blason d'Ajaccio isolé au large de la Provence. 
 A gauche est disposée une rose des vents chargée de 4 couronnes murales;
en encadrement : le titre de l’œuvre : "Livre d'Or des Villes de France" et en bas : la signature typographique de Robert Louis, héraldiste.

Les 2e et la 4e pages sont imprimées avec les explications précieuses sur l'origine de chaque blason, classées par ordre alphabétique croissant des villes. La 3e page est blanche.

Vous noterez la définition de son art, exprimée par le Maître,  ci-dessus.

Tout en bas du volet N°4 , est indiqué en petits caractères, ce texte (peu lisible sur l'image ) :

COMPOSITION HERALDIQUE ET TEXTE HISTORIQUE DE L'ARTISTE R. LOUIS (DEPOSE), IMPRIMES PAR LE PROCEDE RELIEF TYPO-EMAIL IMBERT, SAINT-ETIENNE - TOUS DROITS DE REPRODUCTION RESERVES - DIFFUSION "LE TEMPS RETROUVE" - PARIS

"Le Temps Retrouvé" est le nom d'un série innombrable de documents, cartes postales armoriées édités par province, ou par département, ou par ville. Ils ont été créés par Robert Louis dans les années 1950/60 jusqu'au décès de l'artiste en 1965.  Ces objets magnifiques, de très grande qualité d'imprimerie sont très recherchés par les collectionneurs et j'ai la chance d'en posséder quelques-uns, glanés chez les bouquinistes parisiens, il y a une vingtaine d'années.

 Mais revenons à notre carte de France : pour en admirer les détails , je l'ai coupée en quatre (numériquement !!) pour vous ...


Nord-ouest : blasons (entiers) des villes,  de haut en bas et droite à gauche :
Arras (62) - Amiens (80) - Rouen (76) - Evreux (27) - Beauvais (60) - Caen (14) - Paris *(75) - Saint-Lô (50) - Alençon (61) - Saint-Brieuc (22) - Quimper (29) - Versailles* (78) - Chartres (28) - Rennes (35) - Laval (53) - Le Mans (72) - Vannes (56) - Orléans (45) - Nantes (44) - Blois (41) - Angers (49) - Tours (37) - Bourges (18) - La Roche-sur-Yon (85) - Châteauroux (36) -  Niort (79) - Poitiers (86)

(*) les départements de la Seine (75) et de la Seine-et-Oise (78) ont été supprimés et remplacés en 1968 par  6 nouveaux départements redécoupés. Paris et Versailles sont restées préfectures de Paris-département(75) et des Yvelines (78)

Nord-est : blasons (entiers) des villes,  de haut en bas et droite à gauche :
Lille (59) - Laon (02) - Mézières* (08) - Metz (57) - Châlons-en-Champagne (51) - Bar-le-Duc (55) -  Strasbourg (67) - Nancy (54) - Melun (77) - Epinal (88) - Troyes (10) - Colmar (68) - Chaumont (52) - Auxerre (89) - Vesoul (70) - Dijon (21) - Belfort (90) - Nevers (58) - Lons-le-Saunier (39) - Besançon (25) - Mâcon (71) - Moulins (03) - Bourg-en-Bresse (01)

(*) avant  la fusion avec Charleville en 1966 pour devenir Charleville-Mézières et porter un nouveau blason

Sud-est : blasons (entiers) des villes,  de haut en bas et droite à gauche :
Annecy (74) - Saint-Etienne (42) - Lyon (69) - Grenoble (38) - Chambéry (73) - Le Puy-en-Velay (43) - Valence (26) - Privas (07) - Gap (05) - Mende (48) - Avignon (84) - Digne-les-Bains (04) - Nice (06) - Nîmes (30) - Marseille (13) - Draguignan * (83) - Ajaccio ** (20)

  (*) la préfecture à été déplacée à Toulon en 1974.
(**) la Corse ne faisait qu'un seul département jusqu'en 1976 et Bastia est devenue la préfecture de la Haute-Corse, Ajaccio restant celle de la Corse du Sud.

Sud-ouest : blasons (entiers) des villes,  de haut en bas et droite à gauche :
Guéret (23) - La Rochelle (17) - Limoges (87) - Angoulême (16) - Clermont-Ferrand (63) - Tulle (19) - Périgueux (24) - Aurillac (15)  - Bordeaux (33) - Cahors (46) - Agen (47) - Montauban (82) - Rodez (12) - Mont-de-Marsan *(40) - Albi (81) - Auch (32) - Toulouse (31) - Montpellier (34) - Carcassonne (11) - Pau (64) - Tarbes (65) - Foix (09) -  Perpignan ** (66)

   (*) le champ du blason de Mont-de-Marsan  est tantôt de gueules, tantôt d'azur, selon les époques !
(**) c'est le seul blason de forme atypique , en losange , qui marque son ancienne appartenance historique (Aragon) voir la Catalogne voisine où ce format est trés répandu . 

Je vous présenterai d'autres documents signés par Robert Louis dans mes pages.

Herald Dick

jeudi 29 décembre 2011

La bataille du logo vs le blason : armistice complaisant dans l'Orne !!

PRIS SUR LE WEB
Encore un bel exemple de démocratie participative pour le choix d'un blason municipal ?  Un petit bourg normand de l'Orne : Mâle qui possède déjà un logo pour être dans l'époque ...(bla bla bla ! ), propose pour les traditionnalistes de voter pour le choix d'un blason au nom du patrimoine. Tout cela serait excellent si il n'y avait pas un petit bémol. En effet : les quatre propositions sont absolument identiques, mis à part la différence des couleurs !! où est le choix ? comme quoi, une bonne idée de départ peut s'avérer être très décevante. Je vous laisse juger par vous-même avec le message intégral publié par le Conseil municipal(vous aurez le lien Internet tout en bas ) :



Mercredi 28 décembre 2011-   12:00
 
 
Comme vous avez pu le lire dans les extraits de Conseil du dernier bulletin municipal, la Commune travaille actuellement en étroite collaboration avec le Pays Perche Ornais, sur un plan de poche pour la Commune, présentant les différents sites communaux, les chemins de randonnées, les entreprises, ...
En complément à cette démarche, le Pays Perche Ornais a proposé de travailler sur la conception d'un blason.
 
Forte d'un logo qui inscrit Mâle dans le présent et dans l'avenir, la Commune de Mâle sera ainsi bientôt dotée d'un blason, qui inscrira dans le marbre une histoire commune, un patrimoine.
 
 
Nous diffusons en avant-première les quatre propositions qui ont été faites et qui ont fait l'objet d'un premier travail validé par le Conseil... vos commentaires et réactions sont évidemment les bienvenus...
Quelques explications...
 
Version 1
Écartelé, au 1, de sinople, à une chouette d’or ; au 2, d’argent à une roue de gueules ; au 3, d’argent, à cinq billettes de gueules posées deux et trois ; au 4, de sinople, à une crosse d’or et une épée d’argent en sautoir ; sur le tout un écu de sable inversé.

Version 2
Écartelé, au 1, de sinople, à une chouette d’or ; au 2, du même à une roue de gueules ; au 3, d’or, à cinq billettes de sable posées deux et trois ; au 4, de sinople, à une crosse d’or et une épée d’argent en sautoir ; sur le tout un écu de sable inversé.

Version 3
Écartelé, au 1, de sinople, à une chouette d’or ; au 2, d’argent à une roue de sable ; au 3, d’argent, à cinq billettes de sable posées deux et trois ; au 4, de sinople, à une crosse d’or et une épée d’argent en sautoir ; sur le tout un écu de gueules inversé.

Version 4
Écartelé, au 1, de sinople, à une chouette d’or ; au 2, du même à une roue de sable ; au 3, d’or, à cinq billettes de sable posées deux et trois ; au 4, de sinople, à une crosse d’or et une épée d’argent en sautoir ; sur le tout un écu de gueules inversé.

Explicatif de la symbolique :
Disposées en croix de Saint-André (sautoir), la crosse symbolise l’ancienne Abbaye Notre-Dame des Clairets (1), et l’épée, attribut de Saint-Martin, rappelle le vocable de l’église paroissiale et celui de la chapelle de Launay. Clin d’oeil à la nature, sur fond de sinople (vert), allusion aux riches pâtures de la vallée de l’Huisne (prairie de Tené (2)), la chouette chevêche y est présente : elle nidifie dans de vieux saules traités en têtards. Meuble d’armoiries de forme rectangulaire, les billettes suggèrent, par leur disposition verticale, les «rebatteries» des briqueteries (3). La roue à pales atteste les nombreux moulins qui jalonnaient le cours de l’Huisne. Deux d’entre eux - le moulin de la Mouchetière, près du bourg du Theil, et le moulin de Fée dit «le Moulin de Mâle» - verront l’implantation de l’usine de papier Abadie. Occupant le centre du blason, un écusson inversé, affectant la forme d’une taque (plaque de cheminée), rend hommage au dur labeur de la fonderie, activité qui perdure depuis bientôt deux siècles au lieu-dit prédestiné de «l’Écu».

1. Dépendant de l’abbaye de la Trappe, elle se signale par son porche aux doubles armoiries daté 1620.
2. Espace protégé, classé en Zone Naturelle d’Intérêt Écologique Faunistique et Floristique
3. Après moulage et calibrage, les briques étaient empilées à proximité du four pour former de véritables murs, les «rebatteries». Leur «affinage» (séchage) durait trois ou quatre semaines avant cuisson. La commune a compté jusqu’à 5 tuileries et briqueteries, dont la dernière, celle du Gibet, ferma en 1977.
 
Lors des voeux de l'équipe Municipale du 07 janvier prochain, 4 modèles seront proposés aux Mâloises et aux Mâlois et chacun désignera le blason qu'il préfère. A l'issue de ce vote, le blason qui aura reçu le plus de suffrages sera offocialisé par le Conseil Municipal du 31 janvier 2012.
 
A vos suggestions ! ... et rendez-vous le 07 janvier 2012 !

lien vers le site de la commune d'où est tiré le texte ci-dessus : http://www.male61.com/
(images et texte appartenant à son auteur, ne pas reproduire à des fins commerciales)

HD


mercredi 28 décembre 2011

Numismatique et héraldique : un mariage multiséculaire

 Les armoiries et figures du blason sont aussi présentes depuis le début de l'héraldique sur les monnaies du monde entier. Elles sont utilisées pour identifier leur pays émetteur d'origine en accompagnement, ou se substituant au portrait du seigneur ou souverain sur l'autre face. Il y en a d'ailleurs encore sur quelques-unes de nos pièces de monnaie actuelles, en circulation dans les pays de la "Zone Euro".
 Il y a aussi les innombrables médailles issues de fabrications privées ou officielles, comme celles de la Monnaie de Paris pour la France.



Mais j'ai découvert récemment une spécificité de la numismatique : les jetons touristiques. Fabriqués à destination des collectionneurs, ces médailles, les plus courantes de 31/32 mm de diamètre, sont principalement axées sur le sujet du patrimoine monumental et historique français. Sur une face, voire quelquefois les deux apparaissent les armoiries des lieux. Le plus surprenant est que ces armoiries sont parfois en couleurs ! grâce à un procédé d'émaillage dont les fabricants gardent jalousement le secret. 
 Il existe de fort jolies pièces, mais comme elles sont très nombreuses, je ne vous en livre qu'une sélection parmi les 22 régions de France. Elles sont récentes : 2010/2011 pour la plupart :

























































Etc...
Ce n'est qu'un petit échantillon de l'existant, et d'autres lieux non pourvus, sont encore à venir, très certainement. Si la collectionnite vous démange, et sans occasionner trop de frais, si vous n'avez pas l'occasion d'aller sur place pour vous les procurer, je vous donne quelques adresses de sites internet pour vous renseigner.


  • fabricants de médailles et jetons :  
     http://www.pruneparis.fr/                                                                                          http://www.jeton-touristique.fr/

  • sites de vente :
    http://www.leholdy.com/boutique/spip.php?article3800 <                                            http://www.medailles-touristiques.com/   
    http://www.medaillestouristiques.com/index.asp 
    http://www.numismeuros-boutique.fr/accueil
    http://eurocollection.surinternet.com/Jetons-Touristiques  
         
  • sites de collectionneurs - échanges  
  • http://www.jetons-touristiques.com/portal/portal.pp
    http://www.numismeuros.fr/
    http://jpcollections.over-blog.com/categorie-10460319.html




                   Herald Dick















Le Cambout Alsace Paris Camargue Aigues-Mortes Tarn Normandie Menton Nancy Roscoff Lourdes Sete Fecamp Albi Sainte-Mere-Eglise Cote-d-Azur Saint-Tropez Vannes Arles Foix Colmar Finistère Bretagne Carcassonne

lundi 26 décembre 2011

les Drapeaux de la contestation russe

Vous le savez, depuis quelques jours se déroulent de gigantesques manifestations en Russie, de Moscou à Vladivostok, ville de Sibérie orientale. La contestation du résultat des élections législatives du 4 décembre 2011, remportées par le parti de Vladimir Poutine a jeté des milliers de contestataires dans les rues, à l'instar des révolutions arabes de 2011. Pour le moment , tout se déroule à peu près sans trop de violences, mais personnellement je suis très pessimiste sur la tournure que pourraient prendre les évènements.
  Toutefois, la politique n'est pas mon objectif dans ces pages. Vous avez peut-être comme moi été intrigué par la débauche de drapeaux et d'armoiries inconnus que l'on peut voir dans les cortèges des opposants ! Les russes aiment l'héraldique (voir mon article spécial Russie), c'est bien connu , et aussi les bannières, apparement, mais là, on est un peu perdu  !! 
Drapeaux oranges portant le mot "Solidarité" et drapeau de la Russie actuel

Drapeau portant l'emblême héraldique de Vladivostok  : le tigre de Sibérie















Le plus remarquable est ce drapeau aux couleurs noir-jaune-blanc qui a une vague ressemblance avec celui de l'Allemagne.
Il est présenté comme étant celui des nationalistes, de mouvance d'extrême droite. Il est vrai que le look de certains manifestants qui le brandissent ne laisse aucun doute sur leurs opinions !

Comme il porte par moments, les anciennes armoiries tsaristes, j'ai voulu en savoir davantage, à commencer par identifier ces armoiries.
Il s'avère qu'elles remontent au Tsar Paul Ier (règne : 1796-1801) et elles ont eu cours pendant tout le XIXè siècle jusqu'à la Révolution de 1917.
Armoiries * de la Russie ,  XIXè siècle
l'aigle impériale est bicéphale et porte trois couronnes , le sceptre et l'orbe.
les blasons sont ceux des principautés associées à l'Empire:  de  droite à gauche et de haut en bas :
      I. D'argent au basilic de sable, couronné, becqué et armé d'or, lampassé, ailé et dardé de gueules (pour le Royaume de Kazan). 
     II. D'azur au cimeterre d'argent mis en fasce, garni d'or avec une poignée pommelée du même, surmonté d'une couronne fermée d'or (pour le Royaume d'Astrakhan).
     III. De gueules à l'aigle éployée d'argent, becquée et membrée d'or (pour le Royaume de Pologne).

     IV. D'hermine à deux zibelines affrontées de sable, tenant chacune d'une patte antérieure une couronne antique à cinq pointes d'or et, de l'autre, deux flèches en sautoir, pointes en bas, de gueules, ainsi qu'un arc en fasce, corde en bas, du même (pour le Royaume de Sibérie).
     V. D'or à l'aigle bicéphale byzantine éployée de sable, les têtes couronnées d'or, becquées et membrée du même, armée et lampassée de gueules, chargée sur la poitrine d'un écusson d'azur bordé d'or à la croix orthodoxe du même (pour le Royaume de Tauride Chersonèse ( aujourd'hui appelé Crimée).
     VI. Écartelé et enté en pointe avec un écusson en cour (pour le Caucase) :
     au 1, de gueules au cheval gai et cabré d'argent, accompagné de deux étoiles à huit rais du même, posées l'une en chef à senestre, l'autre en pointe
à dextre, le tout d'argent (pour l'Ibérie).
     au 2, d'or au volcan de sinople allumé de gueules, transpercé de deux flèches de sable en sautoir, les pointes en chef (pour Kartaline).
     au 3, d'azur à deux flèches d'argent passées en sautoir, les pointes en chef, chargées d'un écusson d'or au croissant tourné de gueules, cantonné en chef et en flancs de trois étoiles facettées à six rais d'argent (pour la Kabardie en Caucase).
     au 4, d'or au lion rampant de gueules couronné du même (pour l'Arménie).
     au 5, enté en pointe : d'or au cavalier tcherkesse armé de toutes pièces, vêtu d'un manteau de sable et habillé de gueules, tenant une lance du même sur l'épaule droite, sur un cheval courant de sable (pour la Circassie et les Princes des Montagnes).
     au 6, le tout chargé en cour d'un écusson : d'or au Victorieux Saint Georges Martyr armé de toutes pièces d'argent avec une croix d'or sur la poitrine et une cape de gueules, sur un cheval cabré de sable, sellé de gueules avec une bordure d'or, terrassant un dragon de sinople ailé de sable, allumé et lampassé de gueules, la tête percée d'une lance de gueules (pour le Royaume de Géorgie).
     VII. Les armes des Principautés anciennes-unies de la Russie.
     Parti :
     au 1, d'azur à l'Archange Saint Michel d'argent nimbé d'or, tenant à dextre un glaive flamboyant de gueules et à senestre un bouclier du même (pour le Grand-duché de Kiev).
     au 2, de gueules au léopard lionné d'or, couronné d'une couronne d'acier, tenant à dextre une longue croix d'argent (pour le Grand-duché de Vladimir).
     au 3, enté en pointe: D'argent au trône d'or au coussin de gueules, portant croisés en sautoir un sceptre et une croix d'or, sommé d'un chandelier à trois branches du même avec trois bougies allumées, supporté par deux ours affrontés et levés de sable, à une champagne d'azur aux deux poissons affrontés d'argent (pour le Grand-duché de Novgorod).
 VIII. De gueules à l'image du Victorieux Saint Georges Martyr armé de toutes pièces d'argent, portant une cape d'azur, sur un cheval cabré d'argent, sellé de gueules avec une bordure frangée d'or, bridé et criné du même, terrassant un dragon d'or, ailé de sinople en champagne, avec une lance terminée d'une croix orthodoxe d'or (pour la Grande  Principauté de Moscovie [Moscou]). 
 IX. De gueules parsemé de huit roses d'argent au lion d'or couronné d'une couronne ducale du même, tenant dans la patte dextre une épée d'argent, et dans la senestre un cimeterre d'argent, tous deux garnis d'or, la garde pommelée du même, le lion posant sa patte arrière dextre sur le cimeterre (pour le Grand-duché de Finlande).
A noter dans cette interminable énumération  que la Pologne et la Finlande étaient annexées à l'époque à l"Empire de Russie avant de devenir indépendantes après le conflit de 1914-1918. De même pour l'Arménie et la Géorgie qui par contre, n'ont retrouvé leur indépendance définitive qu'en 1991.
(*) il existe de Grandes Armoiries contemporaines à celles-ci, avec encore davantage de blasons de provinces associées.

Revenons à notre drapeau : il a été institué le 11 juin 1858 par décret du Tsar Alexandre II. Le décret a été approuvé par le Conseil d'Etat, sur ​​le rapport du ministre de la Cour Impériale le comte V. Adlerberg. Le créateur du drapeau était probablement un certain Koehne,  admirateur de l'héraldique allemande.





Ce petit flash-back dans l'histoire européenne à travers les actualités était bien utile. Contrairement à la Libye où le vieux drapeau de la monarchie d'avant Kadhafi se refait une nouvelle vie, il est fort peu probable que ce drapeau tsariste redevienne officiel ! Mais on ne peut rien prévoir dans les révolutions. Je vais tenter d'en savoir davantage sur d'autres bannières présentes dans les défilés de nos amis russes...




samedi 24 décembre 2011

Mon beau sapin....



Blasons de villages français , de droite à gauche et de haut en bas :                                                            
Bareilles (65) - Vorges-les-Pins (25) - Ravilloles (39) - Le Brugeon (63)
Saint-Germain-près-Herment (63) - Verrières-en-Forez (42) - Saint-Germain-en-Montagne (39) - Damprichard (25)
Longchaumois (39) - Baudéan (65) - Auzelles (63) - Lelex (01)
Châtel-de-Joux (39) - Ecoche (42) - Le Magnoray (70) - Belligneux (01)
L'Hopital-du-Grosbois (25) - Evisa (20A) - La Pesse (39) - Cisternes-en-Forêt (63)
Saint-Laurent-du-Pont (38) - Saint-Germain-de-Joux (01) - Oyonnax (01) - Saint-Germain-l'Herm (63)
Forêt de sapins fournie par :  http://armorialdefrance.fr/ 
                                                                         

HERALD DICK VOUS SOUHAITE UN :






               

mardi 20 décembre 2011

Héraldique médiévale : le Grand Armorial Équestre de la Toison d'Or - 1er épisode

 ( archivage d'un précédent onglet consacré aux images du Moyen-âge)
Nous allons cette fois encore remonter le temps, destination : le XVè siècle en Bourgogne ducale.  C'est certainement à l'attention du Duc Philippe III , le Bon (1396-1467) que cette merveille de l'art héraldique médiéval était destiné.  Le Duc,  personnage immense de l'Histoire , cousin proche et grand rival du Roi de France, était aussi puissant que les autres grands souverains d'Europe , Rois et Empereurs , mis à part le Pape, bien sûr. 
La particularité de cet armorial, issue d'une tradition espagnole du siècle précédent,  est de mêler des pages d'écus armoriés rangés en 5 rangs de 5 ou 4 écus par page,  avec des planches où sont figurés les grands princes et seigneurs, montés à cheval,  en tenue héraldique complète y compris le harnachement de l'animal : absolument exceptionnelles de beauté !
 Des inscriptions en lettres gothiques ou simple cursives permettent d'identifier à coup sûr les personnages y compris sur bon nombre d'esquisses.
L'auteur présumé , aidé de quelques hérauts artistes,  est Jean Lefevre de Saint-Rémy (1395 -1468) , Roi d'Armes de la Toison d'Or à la cour du Duc de Bourgogne.
  En tout : 167 folios de papier très épais , avec les marges un peu rognées ou dégradées parfois, nous dévoilent  890 écus venant de l'Europe entière et  80 figures équestres , plus 23 esquisses inachevées. Le manuscrit  est,   c'est très dommage, incomplet pour certains royaumes :  en  Espagne , Portugal , Italie et la partie sud-ouest du Royaume de France. Mais il n'en demeure pas moins un extraordinaire recueil de la chevalerie de la premère moitié du XVè siècle. 
Source iconographique : BnF, Bibliothèque de l'Arsenal, Ms. 4790 - PARIS

  Prêts pour le grand spectacle ? ... en V.O. sous-titrée en Français actuel , vous êtes gâtés !!
c'est parti ...



l'Archevêque de Reims* - folio N° 48
d'azur semé de fleurs de lys d'or , chargé d'une croix d'argent
heaume incrusté de perles et d'émeraudes , sans cimier - mître rouge , ornée de perles et d'émeraudes,
portée par un chérubin de couleur lilas.
inscription du haut en gothique : "larchevesque-de-reims~duc"
inscription à droite du cavalier : "les pers de france"

(*) L'archevêque de Reims en "poste" était Renaud de Chartres (1414-1444) , il était  "Pair de France" au même titre qu'un Duc , dont il portait aussi le titre. Il était donc un proche du Roi dans son Gouvernement. Il a procédé au sacre du roi Charles VII en 1429 dans sa cathédrale de Reims.

 
les Marches d'Autriche et d'Allemagne - folio N° 18
descriptif ci-dessous

    • Le Duc de Styrmark ( Steier / Styrie) 
    • Le Duc de Kerren ( Kärnthen / Carinthie )
    • Le Duc de Kran ( Krain / Carniole)
    • Le Comte de Tyroil ( Tyrol )
    • Le Comte de Odoren
    • Le Comte de Woinssckemarck ( Windischmark )
    • Le Comte de Portenau ( Portnaw )
    • Le Comte de Habsperg ( Habsburg / Habsbourg)
    • Le Comte de Kieperg ( Kyburg / Kibourg )
    • Le Comte de Fart ( Pfirt / Ferrette )                       NB  : Ferrette , en Alsace (68)
    • Le Comte d' Elsaes (Elsass / Alsace )
    • Le Marquis de Morave ( Mähren / Moravie)
    • Le Comte de Cilly ( Cillia)
    • Le Comte de Meitbeuch ( Magdeburg / Magdebourg )
    • Le Comte de Gurst ( Görz / Goritz)
    • Le Comte de Scauwenberch ( Schauenburg / Schauenbourg )
    • Le Comte de Monfort ( Montfort )                   NB : Montfort , grande maison d'Autriche
    • Le Comte de Dierstein ( Thierstein )
    • (seigneur d') Artenburg (Ortenburg )
    • (seigneur de) Walse ( Waldsee)
    • (seigneur d') Eberstorff ( von Ebersdorf )
    • (seigneur de) Puchaim ( Buecheim )
    • (seigneur de) Hohenperg ( Hochenberg )
    • (seigneur de) Pollenhaim (von Pollheim )
    • (seigneur de) Volchestorff ( Volckensdorf )


 
le roi de Castille* - folio N° 82
écartelé , en 1 et 4 : de Castille ancien , en 2 et 3 de León  ancien.
heaume incrusté de pierres précieuses -
cimier : château d'or  à trois tours et lion pourpre naissant du château, 
couronné et armé d'or , lampassé d'azur 
le cheval semble inachevé , mais en fait non,  c'est qu'il est de couleur blanche ! 
 (*) Le roi de Castille de l'époque était Juan II (1405-1454) . Il a succédé à son père , Enrique III en 1406, donc à l'âge de 1 an ! C'est bien sûr,  sa mère Catalina (Catherine) de Lancaster et son oncle Fernando I de Aragón qui ont assuré la régence , en attendant qu'il soit apte à régner.



le royaume de France - folio N° 54
descriptif ci-dessous

    • le Roy de Francse ( France )
    • le Daufin ( le Dauphin  )
    • le Duc d' Orlens ( Orléans )
    • le Duc d' Angou ( Anjou )
    • le Duc de Berry
    • le Duc de Bourgonne ( Bourgogne )
    • le Duc de Borbon ( Bourbon )
    • le Duc d' Allanson ( Alençon )
    • le Comte de Eu
    • le Comte d' Artoes ( Artois )
    • le Comte Dennevers ( de Nevers )
    • le Comte d' Ertemps ( d' Etampes )
    • le Comte d' Evereux ( d'Evreux )
    • le Comte de la Marche
    • le Comte de Vandomme ( Vendôme )
    • Mons(ieur) de Labret ( d' Albret )
    • le Comte de Dammartin                               NB : Dammartin-en-Goële (77)
    • Mons(ieur) de Monmorcy ( Montmorency )
    • Jehan de Biaumont ( Jean de Beaumont )   -  NB : Beaumont-sur-Oise (95)
    • (chevalier) Le Alloio Dannoy ( Le Gallois d'Aunoy )
    • Mons(ieur) de Nantollet ( Nantouillet )        
    • Mons(ieur) de Villier  ( Villiers )                  - NB : Villiers-de-l'Isle-Adam (95)
    • Le Vycomte de Melun
    • Mons(ieur) de Mitey ( Mitry )                       - NB : Mitry-Mory (77)
    • Mes(ire)  Morel sengnur de Viller  ( Morehier, seigneur de Villers )



Jacques de Brimeu* - folio N° 144 Vo
d'argent à trois aigles de gueules
heaume avec couronne incrustée de pierres précieuses -
cimier : une tête de cygne (masquée partiellement) placée entre un vol 
 et lambrequins :  le tout d'argent
inscriptions en cursive : " seigr. de Grigny, 1429, à Bruges -
Messire Jacques de Brimeu ,  seigr. de Grigny -1429"

(*) Issu d'une grande famille de Picardie , fils de Jean et frère de David de Brimeu , lui aussi présent dans cet armorial. Il était Maréchal de l'Hôtel du Duc de Bourgogne à Bruges.



les "marches" de Flandres - folio N° 71
descriptif ci-dessous

    • Mons(ieur) de Grutusse ( Gruuthuse / Groothuys )
    • (seigneur de) Dichmude ( Dixmude )
    • (seigneur de)  Hallewin  ( Halluin )
    • (seigneur de)  Maldeghem
    • (seigneur d')  Achsele  ( Axel )
    • (seigneur d') Escornay ( Escornaix )
    • (seigneur de) Gyestelle  ( Ghistelles )
    • (seigneur de) Cominnes ( Comines )
    • (seigneur de) Haffkerke ( Haverskerque )
    • (seigneur de) Lichtervelde 
    • (seigneur de) Bolleor  ( Boulaere)
    • (seigneur de) Ghavere ( Gavere / Gavre )
    • (seigneur de) Ontescote ( Hondschoote )
    • (seigneur de) Rench Vliette ( Vliet )
    • (seigneur de) Sotenghen ( Sotteghem )

    • (seigneur de)  Stenusse  ( Steenhuisen )
    • Mess(ire) Josse de Halvin ( Halluin)
    • Mess(ire) Roland d'Utkerque ( Uitkerke )
    • Mess(ire) Ghillain de Hallevin ( Halluin )
    • Mess(ire) Jehan d'Utkerque ( Uitkerke )
      • Mess(ire) Collart de Comines
      • Mess(ire) Gherard d'Escornay  (Escornaix)
      • Mess(ire) Jehan Vilain 
      • Moes(ire) d' Iseghem
      • Mess(ire) Aderian Vilain


      
      
      Matthieu de Foix - folio N° 159 Vo
      esquisse
      inscription en bas de page : "Comminges"
      partie concernant les provinces d'Aquitaine et de Languedoc , inachevées.



      Pour les autres pages de ce magnifique manuscrit , que j'ai utilisées dans mon blog ,
      vous pouvez  les visionner ici :  


        A bientôt, pour d'autres extraits... (n'oubliez par l'onglet "Toison d'Or" tout en haut de cette page pour le tout dernier volet, non archivé)..





          Herald Dick